Au Chili, pas le temps de chiller

drapeau-chili

Dans chacun des pays dans lesquels nous sommes allés, il y avait une ou plusieurs entreprises que nous avions absolument envie de visiter.

En partant de France, nous n’avions pas prévu d’y passer, mais grâce à Nicolas Cordier, l’un des leaders de Leroy Merlin et blogueur par passion (ici son blog) nous avons fait le détour, et nous sommes rapidement rendu compte qu’il y avait un mouvement de personnes et d’entreprises très inspirantes à rencontrer.

Le Chili, connaît une des économies les plus puissantes d’Amérique du Sud, malgré une croissance affaiblie ces dernières années constitue effectivement un terreau de l’innovation sociale. Il semble que dans ce milieu, les affaires florissent sans êtres impactées par la crise qui freinent d’autres industries.

img_3761

Pablo Reyes, expert des couleurs, et son cabinet Plataforma Aurea

Nous avons ainsi eu la chance de rencontrer Pablo Reyes, l’un des traducteurs en espagnol de Reinventing Organisations, l’un des livres ayant fortement inspiré notre projet.

Nous avons ainsi profité d’un passage à Valparaiso, ancien village de pêcheurs, aujourd’hui ville d’artistes, pour rencontrer Pablo, qui nous a gentiment reçu un samedi matin.

L’un de ses premiers jobs fut de former des entrepreneurs. Un job passionnant, jusqu’à qu’il se rend compte qu’il ne voulait pas former n’importe quel entrepreneur et n’importe quel projet. Il ne voulait pas former ce nouveau venu donc le seul objectif était de s’enrichir en exploitant les failles de marchés financiers. Il décide de former des entrepreneurs “intégraux”, conscients et responsables de leurs actes.

Aujourd’hui, Pablo a co-créé la Plataforma Aurea, cabinet de conseil aidant les entreprises dans leurs démarches de transformation, d’innovation, de création d’une culture forte et libérante…

Ainsi, expert de la Spirale dynamique depuis de nombreuses années, Pablo nous explique que le modèle permet d’analyser (et de faire évoluer) non seulement une entreprise, mais également un individu ou même un plus grand groupe de personne : une population. Celle du Chili est plutôt orange selon lui, ce qui peut expliquer la forte dynamique de projets sociaux, de B-Corps etc.

fullsizerender-9

Convaincu par les B-Corp, ces entreprises labellisées bénéfiques à la société, il décide de créer un marché commun.

C’est autour d’un dîner végétarien que nous avons rencontré Pablo (Sepulveda), co-créateur de Birus.

Birus, c’est son 9ème projet entrepreneurial, une entreprise qui a un peu plus d’un an, et qui promeut les valeurs du label B-Corp dans le monde. Mieux, elle vise à connecter les B-corps de la planète et ainsi créer un marché à part entière.

Ils seront donc bientôt présents aux USA, en Argentine, Brésil, Colombie et Uruguay, et réfléchissent à un système de franchise, sans royalties, Pablo se satisfaisant du fait qu’un agrandissement du réseau Birus profitera à tout le monde et donc y compris à lui au Chili.

img_3813

Valeurs d’un entrepreneur passé par les USA, et par des galères.

Enfin, nous avons rencontré Marcelo, entrepreneur qui a décidé de monter son cabinet de conseil voici quelques années, le Canvas Group. Cher ami de Nicolas Cordier, il nous a fait part de sa vision du management classique au Chili. Enthousiaste par nature, il nous a reçu dans ses locaux au centre de Santiago. Durant la rencontre, il nous a expliqué que l’entrepreneuriat n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît quand nous avons les yeux rivés sur Uber, AirBnB, ou toutes ces entreprises qui ont su se faire leur place immédiatement sur le marché.

Marcelo porte des valeurs fortes qui correspondent à celles de Berkeley où il a fait un MBA:

  • Beyond yourslef : penser aux conséquences qui vont au-delà de notre personne
  • Students always : ne jamais se satisfaire de ce que l’on sait et toujours s’améliorer
  • Question the status quo : ne pas hésiter à s’exprimer ou s’aventurer dans un projet qui ne fait pas l’unanimité
  • Confidence without attitude : pas d’arrogance

Marcelo est confiant en l’Homme et ses collaborateurs mais reste convaincu que le système légal constitue un obstacle pour les entreprises qui ont la volonté de transformer leur structure. A quand une levée de ces contraintes ?
img_3847

One thought on “Au Chili, pas le temps de chiller

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s